Our Home
Our Goals
Membership
Goat Farming
Online Services
Contact Us

 

ÉLEVAGE DES LA CHÈVRE

L'industrie quant à l'élevage de la chèvre

L'industrie de la chèvre a connu une croissance constante en Ontario au cours des dernières décennies. Produisant du lait, de la chair et du pelage, la chèvre a évolué en un animal qui est principalement élevé à des fins commerciales. L'augmentation dans la demande du lait de chèvre, du fromage et d'autres produits laitiers de la chèvre a suscité la progression d'une professionnalisation dans l'industrie des produits laitiers de la chèvre.

Aujourd'hui, l'Ontario compte près de 200 fermes qui font l'exploitation commerciale du lait de chèvre, selon les données du ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation de l'Ontario. Bien que la plupart des exploitations soient situées dans le Sud-Ouest de l'Ontario, il existe aussi des fermes dans le Nord et l'Est de l'Ontario.

Les fermes spécialisées dans le lait de chèvre sont réparties en trois catégories : les petites fermes comptant un troupeau de 100 chèvres ou moins, les fermes moyennes ayant un troupeau de 100 à 300 chèvres et les plus grosses exploitations ayant un troupeau de 300 chèvres ou plus. Pour la production du lait, ce sont les Alpines, Saanens, Nubians, Toggenburgs et La Mancha qui sont les races privilégiées.

L'Ontario Dairy Goat Co-operative

Les membres de l'Ontario Dairy Goat Co-operative représentent les trois catégories indiquées plus haut. La Coop compte jusqu'ici plus de trente (30) producteurs, avec un volume de production annuelle variant entre 600 et 1 000 litres de lait par chèvre. Le lait est ensuite transformé en lait de consommation, en fromage, en yaourt, en crème glacée et autres produits tels que le fromage en grains de lait caillé et le lait en poudre.

La Qualité du lait

L'Ontario Dairy Goat Co-operative se veut très proactive dans la production d'un produit de haute qualité. À cette fin, la Coop a adopté plusieurs mesures : cueillette du lait deux fois la semaine, normes rigoureuses quant à la numération bactérienne et un système de pénalité en cas de non conformité à ces normes. Le Comité chargé de la qualité suit de près la qualité du lait de chaque producteur, transmet les résultats des rapports aux producteurs et offre une assistance à la ferme en cas de problèmes.

La Coop est le premier organisme dans l'industrie de l'élevage de la chèvre à fournir aux éleveurs de chèvres les résultats d'analyses en laboratoire en ligne, leur donnant ainsi un accès rapide aux résultats des tests.

La Direction de l'inspection des aliments du ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation de l'Ontario fournit aussi des inspections sur les fermes et des services consultatifs aux producteurs de produits laitiers de la chèvre par le biais de deux spécialistes du lait cru. Des inspections annuelles sont menées sur les fermes, conformément à la Loi sur le lait (Ontario) et au Règlement 761, afin d'assurer leur conformité aux exigences sanitaires pour la production du lait.

La traite des chèvres

Les éleveurs de chèvres sont munis d'équipement et de salles de traite similaires à ceux que l'on trouve dans l'industrie de la vache laitière. Les chèvres sont tirées sur des tables de traite dans des salles de traite. La dimension des installations varient de 6 stands simples à 36 stands doubles. Le nombre de chèvres laitières n'équivaut pas nécessairement au nombre de chèvres. Par exemple, dans une salle de traite de 24 stands doubles, il peut y avoir 12, 18 ou 24 trayeuses automatiques.

La Chèvrerie

Les chèvres étant de petits animaux par rapport aux vaches, bon nombre de bâtiments conviennent à leur hébergement. Des granges à deux étages rénovées, d'anciens poulaillers, des vieilles porcheries ou étables et de nouvelles installations peuvent tous très bien servir à abriter des chèvres. Les chèvres sont gardées dans des litières profondes avec de la paille ou du bran de scie. Dépendamment du nombre d'animaux à traiter, les éleveurs doivent s'assurer que leurs installations sont aussi efficaces que possible.

Alimentation

De bonnes pratiques d'alimentation mènent à une haute production de lait. Ceci peut se faire de diverses manières. Les chèvres sont alimentées de fourrage, pouvant comprendre du foin, de l'ensilage mi-fané (luzerne), de l'ensilage de maïs ou de divers sous-produits tels que le gruau de maïs pour brasserie et la pulpe de betterave. Le foin sec peut être donné en rotoballe ou le long des couloirs d'alimentation. Les exploitations plus récentes ou plus importantes sont généralement équipées pour l'alimentation par ensilage. La nourriture des chèvres laitières comprend un complément protéinique composé de céréales cultivées sur place ou achetées.

Les chevreaux

L'élevage de chevreaux exige un travail intensif sur une ferme d'élevage de chèvres parce que les chèvres ont généralement des gestations multiples au cours de l'année. Dans la plupart des fermes d'élevage de chèvres, seules les jeunes femelles sont gardées et élevées. Certains fermiers alimentent leurs chevreaux avec du lait colostrum de vache, d'autres laissent les chevreaux avec la chèvre pour quelques jours. Après quoi, les chevreaux sont alimentés de lait de remplacement à l'aide de bouteilles, d'auges à dépression, d'abreuvoirs à tétine ou d'un distributeur d'alimentation automatique pour chevreaux.

Élevage

Par nature, les chèvres s'accouplent à l'automne et ont leurs jeunes au printemps. Grâce à différentes techniques, bon nombre de producteurs ont des chèvres en gestation tout au long de l'année. Avec un programme d'encouragement et des ateliers en automne, la Coop encourage ses membres à régulariser la production du lait au cours de l'année entière. La majorité des éleveurs de chèvres utilisent les boucs pour la reproduction, mais de plus en plus d'éleveurs se tournent vers l'insémination artificielle pour améliorer la génétique de leur troupeau.